L’argent… un tabou? Sans aucun doute! Il faut toutefois aborder l’épineuse question tôt ou tard lors d’un processus d’embauche. Voici quelques conseils pour vous tirer d’affaire sans vous mettre les pieds dans le plat.

En parler ou pas?

Les avis sont partagés entre les recruteurs quant à savoir s’il faut aborder ou non la question salariale en entrevue.

Certains ne voient pas comment ils peuvent contourner l’éléphant dans la pièce et préfèrent crever l’abcès et en discuter pour s’assurer que personne ne perd son temps lors du recrutement.

D’autres croient qu’amener le salaire lors de l’entrevue est un terrain glissant et qu’il vaut mieux réserver cette étape si une offre d’embauche est faite au candidat.

Faites preuve de tact et de diplomatie

La règle générale veut que le sujet du salaire soit abordé en entrevue avant ou pendant l’entrevue par le recruteur et non par le candidat.

Même si vous avez les meilleures intentions du monde, discuter de cet aspect pourrait être interprété comme un trop grand intérêt pour l’argent au détriment de votre intérêt pour le poste et des autres conditions liées à l’emploi.

L’entrevue est sur le point de se conclure et vous avez l’impression que vous n’aurez pas la chance de discuter du salaire?

Concluez l’entrevue en posant des questions sur les conditions d’emploi, l’horaire de travail, etc. Souvent, ces sujets parallèles peuvent servir d’amorce à la question salariale.

Faites vos devoirs

Chaque organisation doit composer avec ses échelles salariales, qu’elles soient dictées par une convention ou non, et sa capacité de payer.

Ces données ne sont pas toujours divulguées au public et vous avez un peu l’impression de devoir deviner le « juste » salaire qui répond à vos attentes et qui ne froissera pas votre interlocuteur lors de l’entrevue.

Sans nécessairement connaître la fourchette salariale qui sera offerte pour l’emploi que vous souhaitez, vous devez tenir compte des normes de l’industrie, de vos années d’expérience et de votre formation pour faire une proposition équitable et qui répond à vos besoins.

Faites preuve de transparence

Ne jouez pas avec les chiffres et dévoilez votre salaire exact si votre intervieweur vous questionne à ce sujet.

Gonfler votre salaire actuel n’est pas une tactique de négociation fiable. Au contraire! Les recruteurs sont au fait de la rémunération offerte sur le marché pour le poste que vous convoitez.

Proposer un salaire moindre dans l’objectif d’obtenir le poste que vous souhaitez n’est pas recommandé non plus, car cette rémunération ne sera peut-être pas suffisante pour répondre à vos besoins financiers.

Faites confiance à votre valeur sur le marché du travail et proposez une fourchette salariale, ni trop élevée, ni trop basse.

Il y a plus que le salaire…

Oui, le salaire est important, dans la mesure où il vous permet de maintenir votre niveau de vie et vos obligations financières.

Mais il faut ajouter ces petits extra qui font parfois toute la différence et qui font partie de ce que l’on appelle la rémunération globale :

Ils sont aussi fort utiles quand vient le temps de négocier votre offre salariale.

Savourez la réflexion

Vous avez reçu une offre salariale? Bravo!

Même s’il peut être tentant de sauter sur l’occasion, accordez-vous un moment de réflexion avant de l’accepter.

Vous en connaissez un peu sur l’emploi  auquel vous postulez. Vous serez donc plus en mesure d’évaluer si l’offre est équitable.

Négocier, c’est s’accorder le droit de réfléchir à cette offre, de faire une contre-offre ou de la refuser.

Demandez une confirmation

Vous acceptez une offre et obtenez l’emploi ? Félicitations !

Si ce n’est déjà fait, il est recommandé de demander à votre futur employeur une confirmation écrite de l’offre que vous venez d’accepter.

Vous éviterez toute ambiguïté quant aux conditions de votre futur emploi.