Conduire une motoneige requiert force, habileté et maturité. Pour éviter les blessures et se rendre à bon port sans anicroche, voici quelques conseils pour une balade sécuritaire.

L’automne venu

Procédez à une inspection de votre motoneige et assurez-vous que tout fonctionne correctement. Faites les réparations nécessaires, le cas échéant. Vous ne vous y connaissez pas beaucoup? Faites affaire avec des spécialistes.

Placez dans votre trousse de premiers soins tout ce dont vous pourriez avoir besoin si un incident malheureux se produisait.

Prévoyez une trousse d’urgence pour votre motoneige :

  • Bougies d’allumage
  • Courroie d’entraînement
  • Courroie de ventilateur
  • Clé supplémentaire
  • Fusées éclairantes

Remémorez-vous les signaux de la main proposés par le Conseil canadien des organismes de motoneige. La mémoire est une faculté qui oublie…

Informez-vous sur les règles sur la conduite en motoneige de votre province ou territoire auprès des autorités compétentes.

En route!

Vérifiez les conditions météorologiques de l’endroit où vous vous dirigez avant de partir. Ne vous fiez pas à la température qu’il fait chez vous si vous entreprenez un long périple. Et rappelez-vous que dame Nature est capricieuse et d’humeur changeante!

Renseignez-vous sur l’état des sentiers auprès des clubs ou commerçants de la région où vous envisagez de vous aventurer. Les conditions varient rapidement en fonction de la température, de l’enneigement et de l’achalandage.

Vous transportez votre motoneige sur une remorque? Faites attention à ne pas vous blesser en chargeant et en déchargeant votre véhicule.

Couvrez-vous adéquatement :

  • Optez pour des vêtements protecteurs bien isolés.
  • Privilégiez une combinaison et des gants imperméables.
  • Choisissez des bottes à semelles en caoutchouc.
  • N’oubliez pas votre casque et vos lunettes!

Jouez… de prudence

Fixez un fanion coloré à une tige de métal (1,2 à 2,4 m) à l’arrière de votre motoneige pour être bien visible, particulièrement en région montagneuse.

Pour plus de sécurité, circulez en groupe – au moins 2 motoneiges.

Si un passager vous accompagne :

  • Redoublez de prudence. Les traumatismes crâniens sont plus fréquents chez les passagers que chez les conducteurs.
  • Assurez-vous qu’il est âgé de 6 ans et plus, qu’il est bien assis et qu’il comprend qu’il doit être vigilant pour ne pas basculer et tomber de la motoneige.

Si vous souhaitez remorquer une personne, utilisez un traîneau fixé à la motoneige par une barre rigide, et prévoyez un guetteur qui surveillera la personne remorquée. N’utilisez pas une soucoupe, une chambre à air, un pneu ou des skis.

Dans les sentiers, respectez la signalisation et les limites de vitesse. En dehors des sentiers, roulez à une vitesse sécuritaire.

Ralentissez et soyez attentif en terrain inconnu ou accidenté, en traversant une route, ou en circulant près d’une voie ferrée ou aux abords d’un sentier piétonnier. Faites de même le soir ou la nuit.

Tenez-vous loin des lacs et des rivières à moins que vous ne soyez bien certain que la glace est suffisamment épaisse pour supporter le poids de votre véhicule.

Ne conduisez jamais votre motoneige si vous avez consommé de l’alcool ou des drogues, ou encore si vous prenez des médicaments qui provoquent de la somnolence.

Apprenez à déceler les signes d’hypothermie et à la prévenir. Sachez également reconnaître les engelures et les traiter. Et si la fatigue se fait sentir, arrêtez-vous un moment. Bonne balade!