Vous souhaitez vendre vous-même votre voiture? Voici quelques conseils pour vous aider à avoir la conscience tranquille.

1. Regroupez tous vos documents

Manuel du propriétaire, factures de réparation, contrat d’achat… Nombreux sont les documents qui en disent long sur votre voiture.

Ils sont essentiels pour que le futur acheteur prenne une décision en toute connaissance de cause.

En les classant, vous aurez toutes les informations nécessaires pour répondre aux questions sur l’historique de votre auto qui vous seront posées lors de la vente.

2. Nettoyez

Une voiture immaculée produit toujours un meilleur effet chez les acheteurs que celle dont l’apparence est négligée.

Un bon nettoyage, à l’intérieur comme à l’extérieur, s’impose.

Votre auto n’a pas nécessairement besoin d’être impeccable du point de vue mécanique (surtout si vous faites preuve de transparence sur les réparations à faire), mais quelques retouches de peinture sont des améliorations cosmétiques qui peuvent être payantes.

3. Fixez un prix de vente

Vous devez fixer un juste prix de vente pour votre auto.

S’il est trop bas, vous vendrez… mais à perte. Si le prix est trop élevé, vous risquez d’être propriétaire de votre voiture plus longtemps.

Commencez par éplucher les sites Internet pour comparer les prix de vente des voitures comparables à la vôtre.

Canadian Black Book peut vous aider avec son outil pour évaluer le prix moyen de votre modèle de voiture.

Si votre auto ne figure plus dans les livres officiels, demandez de l’aide à votre garagiste pour vous aider à fixer le prix de vente.

L’organisme provincial responsable de l’immatriculation peut aussi vous donner un coup de main. En effet, comme il est responsable de percevoir la taxe de vente lors de la vente de votre voiture, il est en mesure de vous dire quelle est sa valeur.

Si vos pneus figurent dans la transaction, faites aussi des recherches dans les sites de petites annonces pour en évaluer la valeur selon leur usure.

4. Faites preuve de transparence

Quand les acheteurs vous poseront des questions comme « Avez-vous déjà eu un accident avec votre auto? », répondez franchement. Ne cherchez pas à enjoliver la réalité sous prétexte que vous souhaitez absolument vendre.

Ce genre de détails ne reste jamais secret bien longtemps.

D’ailleurs, la loi vous oblige à dévoiler à l’acheteur toute défectuosité de votre voiture, son kilométrage réel ainsi que tout ce qui pourrait en diminuer sa valeur ou encore la rendre insécuritaire.

5. Exigez un acompte

Vous souhaitez vérifier si l’acheteur intéressé à votre voiture est sérieux.

Demandez-lui un acompte non remboursable et exigez le reste de la somme au moment du transfert de propriété.

N’acceptez que des paiements en argent comptant, un virement de fonds ou un chèque certifié.

Vous n’êtes pas une banque, donc refusez toute entente de financement proposée par l’acheteur.

6. Remplissez un contrat

Pour éviter tout malentendu, remplissez un contrat avec l’acheteur, même si vous n’avez pas l’obligation de le faire.

Indiquez toutes les informations importantes comme :

  • Les coordonnées de l’acheteur
  • La marque, le modèle, l’année et le numéro de série de votre voiture
  • Les réparations à effectuer prochainement
  • Les problèmes de la voiture
  • Si votre auto a été accidentée
  • Si l’acheteur a effectué une inspection
  • Le prix
  • Les détails entourant la prise de possession

Devez-vous offrir une garantie légale?

La réponse à cette question est non. Vous n’êtes pas obligé d’offrir une garantie de bon fonctionnement. Cela signifie que vous n’êtes pas obligé d’effectuer les réparations nécessaires au bon fonctionnement votre auto.

7. Avertissez votre assureur

Lorsque vous aurez signé l’entente avec le futur acheteur de votre auto, prenez quelques minutes pour avertir votre assureur.

Il enlèvera votre auto du contrat et vous cesserez de payer la prime d’assurance.

Si vous achetez une nouvelle auto, votre compagnie d’assurance ajustera le montant de la prime en conséquence.