Que vous utilisiez votre vélo pour vous mettre en forme, vous balader ou vous déplacer au quotidien, vous n’avez pas envie de vous le faire voler. Voici quelques mesures de précaution et quelques conseils dans le cas où il vous serait dérobé.

1. Investissez dans un dispositif en U de qualité

Optez pour un cadenas en U qui permet de sécuriser solidement le cadre et la roue arrière au support à vélo ou au poteau qui sert d’appui.

Choisissez un dispositif dont la taille est appropriée à vos besoins. Un U trop grand laisse de l’espace pour l’insertion d’un outil pouvant l’ouvrir.

Placez le cadenas de façon à ce qu’il soit difficilement accessible, par exemple la serrure vers le sol.

Investissez dans un produit de qualité dont le coût correspond à environ 10 % de la valeur de la bicyclette.

2. Doublez vos chances de succès

Pour plus de sécurité, munissez-vous également d’un câble en acier assez long pour attacher les roues, le cadre et la selle au poteau ou au support.

Si l’accès à votre vélo est laborieux, un éventuel voleur optera pour un autre, moins bien protégé.

Si possible, emportez avec vous les pièces mobiles que vous n’arrivez pas à sécuriser : sacoche, pompe et selle si vous ne l’avez pas attachée au câble. Un vélo sans selle n’est pas très invitant…

3. Choisissez un bon endroit pour verrouiller votre vélo

Privilégiez un support à vélo mis à la disposition des cyclistes. Si possible, évitez de le placer à une extrémité. Il attirera moins l’attention s’il est bien ancré au centre du support, entre d’autres vélos.

Aucun support à vélo n’est disponible? Optez pour un arbre de bonne taille ou un poteau solidement fixé au sol. Tenez-vous loin des clôtures en broche, si faciles à couper.

Choisissez un endroit où votre bicyclette n’obstruera pas un passage de piétons ou ne nuira pas à une quelconque circulation. Certaines villes récupèrent les vélos considérés comme des nuisances.

Ne laissez pas votre vélo au même endroit trop souvent – changez de rue, d’arbre, de support à vélo – ni trop longtemps, car il aura l’air abandonné et sera attirant pour un voleur.

4. Rendez votre vélo « reconnaissable »

Assurez-vous que le numéro de série est bien visible et notez-le. Conservez cette information dans un endroit sûr. Conservez également votre facture d’achat.

Votre bicyclette a quelques « bobos »? Prenez-les en photos. Elles pourraient constituer la preuve qu’il s’agit bien de la vôtre en cas de litige.

Faites buriner un numéro d’identification ou toute autre marque visible sur le cadre. Votre vélo sera ainsi reconnaissable et, surtout, plus difficile à vendre.

5. Jouez de prudence, même à la maison

Fermez la porte de votre garage si votre vélo s’y trouve. L’exposer à la vue des passants vous fait courir des risques. Voler une bicyclette ne prend que quelques minutes.

Ne laissez pas non plus votre vélo à la vue à l’arrière de la maison. Dans ce cas aussi, un voleur pourrait s’en emparer rapidement.

Et si la malchance frappe?

Faites un tour dans le quartier : votre bicyclette est peut-être à un endroit inhabituel et votre mémoire vous fait défaut…

Contactez votre ville ou votre municipalité pour vérifier si votre vélo a été recueilli par les autorités.

Faites un rapport auprès de la police. Certaines villes offrent la possibilité de procéder en ligne : vous n’avez donc pas à vous déplacer.

Utilisez les réseaux sociaux : Facebook et ses nombreux amis peuvent vous aider dans vos recherches.

Visitez les sites de petites annonces sous la rubrique des vélos à vendre. Si vous retrouvez votre bicyclette, imprimez l’annonce et les coordonnées de l’annonceur, puis remettez cette information au service de police.

Vous pouvez aussi placer une annonce dans laquelle vous préciserez que vous souhaitez acheter un vélo de telle ou telle marque comportant tel ou tel équipement. Soyez très précis. Qui sait : un revendeur vous contactera peut-être pour vous proposer le vôtre…

Visitez les prêteurs sur gages de votre quartier et les boutiques de bicyclettes usagées. Vous pourriez être surpris.

Et n’oubliez pas de contacter votre compagnie d’assurance. Évaluez si une réclamation vaut le coût en fonction de la valeur de votre vélo et de la franchise prévue à votre contrat d’assurance.

Votre vélo vous est précieux? Peu importe l’usage que vous en faites, prenez-en soin et soyez vigilant. Un vol est si vite arrivé.