Du côté de vos finances personnelles, ça va, mais ça pourrait aller mieux? Voici quelques conseils pour améliorer la gestion de vos sous.

Dépenser beaucoup pour peu

Vous dépensez beaucoup pour toutes sortes de gâteries au cours d’une semaine : un café par ici, une collation par là. Et vous avez toujours une bonne raison de le faire : vous avez mal dormi, le travail vous ennuie ou, pourquoi pas, « vous le valez bien! »

Mais l’addition de toutes vos dépenses constitue bien souvent une somme assez surprenante à la fin de la semaine, et il arrive que vos petits plaisirs vous aient coûté 20 $, 25 $ ou 30 $. Imaginez la somme sacrifiée à la fin de l’année!

Disciplinez-vous et déposez une somme convenue dans un compte de banque à intérêts élevés régulièrement, par exemple une fois par mois. Utilisez cet argent pour :

  • Contribuer à votre CELI ou à votre REER en fin d’année
  • Payer vos dettes
  • Vous offrir enfin le vélo dont vous rêvez depuis si longtemps
  • Partir en vacances

Ne pas se constituer un fonds d’urgence

Vous êtes de ceux qui ont absolument besoin de leur prochain chèque de paie? Vous ignorez comment vous assumerez vos responsabilités si vous perdez votre emploi, si vous devez procéder à une réparation imprévue sur votre voiture, ou si vous tombez malade?

Pensez à vous constituer un fonds d’urgence pour faire face aux situations difficiles et ne pas avoir à vous tourner vers votre carte de crédit pour survivre. Parce que les intérêts sont élevés et qu’ils s’accumulent rapidement.

Votre fonds d’urgence doit contenir une somme équivalente au salaire que vous gagnez sur une période de 3 à 6 mois. Déposez cette somme dans un compte à intérêts élevés et n’y touchez qu’en cas… d’urgence.

L’exercice vous semble impossible? Allez-y tranquillement, selon vos moyens du moment, mais n’abandonnez pas.

Voir trop grand côté maison

Vous avez toujours rêvé d’une grosse maison et vous l’avez enfin. Le bonheur!

Mais en avez-vous vraiment les moyens? Taxes municipales, taxes scolaires, entretien, assurances, frais de chauffage et d’électricité… Plus c’est grand, plus ça coûte cher. Et année après année, c’est à recommencer.

Si vous avez succombé à la tentation et le regrettez, vendez! Bien sûr, vous devrez assumer certaines dépenses liées à la vente puis à l’achat d’une résidence plus modeste, mais vous serez gagnant sur le long terme.

Et n’empruntez pas tout l’argent que votre institution financière est disposée à vous prêter pour votre prochaine maison. Faites un budget et décidez du montant que VOUS êtes prêt à consacrer au paiement de votre hypothèque chaque mois.

Vivre au-dessus de ses moyens

Il est facile de vivre au-dessus de ses moyens grâce au crédit. Mais souvenez-vous : un jour, il faut rembourser ses dettes.

Avant de vous procurer un bien de consommation, demandez-vous :

  • Si vous en avez vraiment envie – évitez de jouer au voisin gonflable!
  • Si vous en avez réellement besoin
  • Si le fait de ne pas l’acheter aura un effet négatif sur votre quotidien
  • Si vous avez envie de procéder à 50 versements sans intérêt – c’est un peu plus de 4 ans! – pour un tel bien

Ensuite, attendez 1 mois, et répondez à nouveau aux mêmes questions. Parions que vous n’en aurez plus envie ou plus besoin.

Refinancer son hypothèque pour acquérir plus de biens

Refinancer votre hypothèque pour procéder à un agrandissement ou à une rénovation qui donnera plus de valeur à votre maison peut s’avérer une bonne décision.

Mais le faire pour vous procurer un cinéma maison? Sérieux?

En tant que propriétaire, préoccupez-vous de vous construire un capital financier. Plus la différence entre la valeur marchande de votre propriété et le solde hypothécaire est élevée, plus votre avoir net est grand. Et c’est ce que vous devez viser.

Besoin d’aide pour voir clair dans vos finances? Consultez un conseiller financier.