Vous voilà à l’aube de vos 71 ans et sur le point de convertir vos REER… Voici quelques stratégies pour planifier l’après-REER et votre retraite.

Le 31 décembre de l’année où vous aurez 71 ans est la date limite à laquelle vous pouvez cotiser à vos REER.

Après cette date, 5 options s’offrent à vous :

  • Retirer tous vos REER
  • Cotiser aux REER de votre conjoint âgé de moins de 71 ans
  • Transférer vos REER dans un FERR
  • Utiliser les fonds pour acheter une rente
  • Combiner le FERR et la rente

Si vous retirez la totalité de vos REER

Les montants accumulés dans votre REER ne sont pas imposés tant que vous ne les retirez pas.

Dès que vous les retirez, ils sont considérés comme un revenu. Vous devez alors payer de l’impôt à votre prochaine déclaration de revenus.

Si vous cotisez aux REER de votre conjoint

En cotisant aux REER de votre conjoint âgé de moins de 71 ans, vous réduisez votre revenu imposable et vous fractionnez les revenus à la retraite. À titre d’exemple, 2 revenus de 30 000 $ sont moins imposables qu’un seul revenu de 60 000 $.

Attention toutefois de ne pas dépasser le maximum déductible de votre REER.

Les sommes que vous aurez investies dans le REER de votre conjoint lui appartiennent. Par conséquent, c’est ce dernier qui va payer de l’impôt quand il va retirer ses REER.  

Si vous transférez vos REER dans un FERR

Le FERR est la façon la plus simple et la plus flexible pour transférer vos REER et obtenir un revenu de retraite.

Lorsque vous ouvrez un FERR, les sommes sont investies dans des fonds distincts ou dans des comptes à intérêt garanti (CIG) et continuent à obtenir du rendement. Ce rendement est à l’abri de l’impôt.

Différentes options s’offrent à vous pour faire un retrait de votre FERR :

  • Revenu minimum
  • Revenu fixe
  • Revenu nivelé qui sera étalé sur une période choisie

Vous devrez toutefois payer de l’impôt chaque fois que vous retirez de l’argent de votre FERR.

Si vous achetez une rente

La rente est la solution parfaite pour les investisseurs qui n’aiment pas les mauvaises surprises.

Vous achetez une rente à une compagnie d’assurance. En échange, vous recevez une rente dont vous connaissez déjà le montant. Celui-ci ne fluctue jamais selon le marché et il est garanti.

En contrepartie, vous ne pouvez plus changer les clauses du contrat entre vous et la compagnie d’assurance. On peut donc trouver que la rente manque de souplesse face aux imprévus financiers de la vie.

Si vous optez pour un FERR et une rente

En combinant le FERR et une rente, vous avez le meilleur des 2 mondes. Alors que la rente vous protège des fluctuations des marchés financiers et vous apporte toute la sécurité financière pour votre retraite, le FERR vous offre la souplesse de retirer des montants en cas d’imprévus, tout en vous faisant profiter des hausses de marché.

Une stratégie grâce à votre conseiller

Peu importe ce que vous envisagez de faire avec vos REER, l’idéal est d’élaborer une stratégie avec votre conseiller.

Il saura vous guider vers la meilleure solution pour que votre retraite soit à la hauteur de vos attentes et que toutes ces années passées à cotiser à vos REER soient payantes pour vous.