Le 15 septembre prochain, de nouvelles informations figureront sur votre facture de médicaments en pharmacie. Quelles sont ces informations et à quoi servent-elles ? Voici tout ce qu’il faut savoir pour mieux comprendre.

Des changements à votre facture de médicaments

À compter du 15 septembre prochain, vous remarquerez certaines modifications à votre facture de médicaments, notamment :

  • Coût de la molécule du médicament
  • Honoraires du pharmacien
  • Marge du grossiste qui distribue le médicament aux pharmacies

Cette nouvelle pratique est encadrée par la Loi visant à accroître les pouvoirs de la Régie de l’assurance maladie du Québec et modifiant diverses dispositions législatives (loi no 92) afin d’instaurer plus de transparence pour les consommateurs et qu’ils comprennent mieux comment se répartissent les coûts des médicaments.

Ultimement, cette loi va contribuer à rendre les consommateurs plus avisés et mieux protégés.

Une hausse des dépenses en médicaments

Selon l’Association canadienne des compagnies d’assurance de personnes, au Québec :

  • les dépenses en médicaments ont augmenté de 88 % au privé en 10 ans;
  • 62 millions d’ordonnances ont été réclamées au privé en 2014 comparativement à 25 millions en 1999.

De plus, les médicaments d’ordonnance représentaient près de 14% des dépenses annuelles en soin de santé au Canada en 2013.

Pour éviter une hausse de la prime d’assurance

Plusieurs gestes peuvent contribuer à assurer la pérennité du régime de médicaments actuel et réduire la facture pour les employés et les employeurs du Québec.

Pour réaliser des économies, vous pouvez :

  • Consommer davantage de médicaments génériques plutôt que des médicaments d’origine.
  • Opter pour un renouvellement de vos médicaments à plus long terme. Vous paierez ainsi des honoraires professionnels au pharmacien moins souvent si vos ordonnances durent plus longtemps.
  • Comparer le coût des médicaments.

En terminant, rappelons que des choix plus éclairés en matière de consommation de médicaments permettront de réaliser des économies pour une meilleure utilisation des ressources consacrées au régime d’assurance collective.