Existe-t-il des trucs simples pour améliorer la performance de votre cerveau et lui assurer une cure de jouvence? Certainement! En voici quelques-uns.

Bouge de là!

Les chercheurs sont unanimes sur le sujet : faire de l’activité physique est le plus beau cadeau que vous pouvez offrir à vos neurones.

Pourquoi? Parce que l’exercice physique favorise la circulation sanguine dans le cerveau et la connexion entre les neurones. Bouger fait aussi augmenter le glucose et l’oxygène nécessaires au cerveau et à l’élimination des toxines.

Voilà pourquoi les sportifs obtiennent de meilleurs résultats aux tests de mémoire à long terme, d’attention et de capacité de raisonnement et de résolution des problèmes que les gens sédentaires.

Notre conseil

  • Ajoutez des exercices d’endurance à votre agenda 2 fois par semaine pour réduire de 50 % le risque de démence et de 60 % pour la maladie d’Alzheimer.

Un sommeil du juste pour un cerveau performant

Les insomniaques vont vous confirmer qu’être privé de sommeil nuit aux performances du cerveau.

Un manque de sommeil entraîne plusieurs effets secondaires comme :

  • Baisse de la concentration
  • Perte de mémoire
  • Diminution de la capacité de raisonnement logique
  • Détérioration de la motricité
  • Sautes d’humeur

Les preuves scientifiques s’accumulent voulant que le sommeil soit essentiel pour le corps humain. Durant cette période de repos, le cerveau consolide les apprentissages de la journée pendant la phase du sommeil à ondes lentes. Ainsi, la mémoire et les souvenirs s’ancrent plus profondément.

Chacun a ses propres besoins en matière de quantité de sommeil. Les plus chanceux n’auront besoin que de 4 à 5 heures de sommeil par nuit, tandis que d’autres sont de véritables marmottes avec leurs 10 heures de repos.

Quoi qu’il en soit, la sieste en après-midi demeure LA meilleure façon d’accorder un répit à votre cerveau pour lui permettre de bien récupérer. Inutile qu’elle s’éternise; il ne faut pas plus de 30 minutes pour qu’elle soit efficace.

Notre conseil

  • Respectez votre horloge biologique et dormez les heures dont vous avez besoin.

Fuyez le stress chronique

En situation de stress, l’hypothalamus de notre cerveau envoie un signal aux glandes surrénales qui sécrètent de l’adrénaline. Votre pouls s’accélère, votre tension artérielle monte en flèche et tous vos sens sont en éveil pour vous sortir de cette situation.

Votre cerveau libère aussi du cortisol. À petites doses, cette hormone est bénéfique, car elle stimule les capacités à résoudre des problèmes.

L’effet se gâche si elle est sécrétée à long terme ou à doses élevées, car notre corps n’est pas fait pour vivre du stress de façon permanente.

Il est prouvé que le stress chronique a un effet pervers sur l’hippocampe du cerveau, berceau de l’apprentissage et de la mémoire. Des chercheurs ont même observé que les hormones de stress provoquent des lésions dans l’hippocampe ou l’empêchent de donner naissance à de nouveaux neurones.

Nos conseils

  • Offrez toute la stabilité familiale si essentielle à l’apprentissage des tout-petits.
  • Retrouvez le contrôle sur votre vie. Cela peut aller jusqu’à quitter un emploi trop stressant ou une relation toxique.
  • Mettez tout en place pour favoriser la conciliation travail-famille.
  • Faites de l’exercice et du sport.

Répétez l’information bis

Nous avons 2 types de mémoires :

  • Mémoire à court terme (aussi appelée mémoire de travail)
  • Mémoire à long terme

La première nous permet de retenir de nouvelles informations de façon temporaire. Si nous ne les répétons pas, elles disparaissent en <strike> fumée </strike> oubli.

C’est la mémoire à long terme qui emmagasine les nouvelles informations.

Alors comment survient l’oubli de souvenirs qui sont parfois si chers à nos yeux? L’oubli est progressif dans la mesure où vous oubliez des informations qui ne sont pas répétées de temps en temps.

L’oubli n’est pas que mauvais. Il permet de se concentrer sur ce qui est important pour vous aider à prendre des décisions plutôt que de vous concentrer sur des détails non importants.

Nos conseils

  • Répétez l’information pour vous en souvenir.
  • Reproduisez l’environnement dans lequel vous avez appris pour la première fois l’information.
  • Élaborez des images mentales et donner un sens à l’information.

Multipliez les sens

L’apprentissage est favorisé dans un milieu où tous les sens (particulièrement l’odorat) sont sollicités.

Le pouvoir d’évocation des souvenirs est multiplié par les odeurs. Celles-ci se dirigent directement dans le noyau amygdalien du cerveau, le grand centre des émotions.

Nos conseils

  • Apprenez avec le multimédia, car il est prouvé que vous retenez davantage l’information si du texte est associé à une image en lien avec le texte.
  • Si une odeur est de la partie, alors vous multipliez vos chances de retenir la nouvelle information.

La musique adoucit les mœurs… et le cerveau

Les bienfaits de la musique sur le cerveau des mélomanes et des musiciens ne sont plus à démontrer.

La musique est reconnue pour développer le langage, la mémoire et les aptitudes sensori-motrices.

On lui prête aussi des vertus au niveau des compétences sociales, car elle augmente l’empathie et la sensibilité face aux émotions.

Ce phénomène s’explique par la libération de 3 substances dans le cerveau :

  • Dopamine : Reconnue comme le neurotransmetteur du bonheur, la dopamine déclenche des sensations de plaisir et aide à la formation de souvenirs.
  • Cortisol : Elle se libère lorsque l’on écoute de la musique et fait diminuer le niveau de stress.
  • Ocytocine : Cette hormone stimule le sentiment d’appartenance et de confiance à un groupe. C’est elle qui nous fait dire « L’union fait la force! ».

Pour encore plus de trucs

Vous souhaitez en apprendre plus sur la santé du cerveau au quotidien?

Suivez les conseils de John J. Medina, biologiste moléculaire et consultant-chercheur grâce à son livre Super cerveau : 12 vérités scientifiques pour booster les performances de votre matière grise.