Une histoire pour démystifier l’assurance vie

Une histoire pour démystifier l’assurance vie

Rémi s’inquiète pour l’avenir de ses enfants s’il advenait un accident ou un décès. Il possède une assurance vie, certes, mais son épouse, Lucie, n’en a pas. S’il fallait qu’elle les quitte subitement! Serait-il en mesure d’assurer seul la subsistance de sa famille? Et de payer des études supérieures, si chères au cœur de Lucie, à ses enfants?

Rémi (titulaire) consulte son conseiller. À la suite d’une analyse de ses besoins financiers, Rémi décide de souscrire une assurance de 200 000 $ sur la vie de Lucie (assurée).

Une entente juridique (contrat d’assurance ou police d’assurance) est alors conclue entre Rémi et la compagnie d’assurance. Elle énonce les dispositions de l’assurance souscrite et stipule qu’en cas de décès de Lucie, les 200 000 $ (prestation) seront remis aux enfants du couple, Rosalie et Zachary (bénéficiaires).

Trois options s’offrent à Rémi. Il peut choisir une protection pour 25 ans, soit jusqu’à ce que Lucie atteigne l’âge de 65 ans (assurance vie temporaire). Les enfants auront alors terminé leurs études et voleront de leurs propres ailes.

Il peut aussi arrêter son choix sur une protection pour toute la vie de Lucie (assurance vie permanente). Cela signifie que la compagnie d’assurance verse une indemnité à Rosalie et à Zachary, peu importe l’âge auquel son décès survient.

Rémi va alors payer la prime d’assurance et, à partir de la 10e année, de l’argent s’accumulera dans son contrat (valeur de rachat). Année après année, ce montant augmentera.

Si Rémi a besoin d’emprunter, il pourrait le faire à même la valeur de rachat. S’il décide de mettre fin à la police, de la résilier, l’assureur lui verse la valeur accumulée dans la police.

Il peut aussi opter pour un type d’assurance qui marie assurance vie permanente et épargne (assurance vie universelle). Dans ce cas, il verse de l’argent dans le compte de placement, où s’accumulent les gains de placement, et l’assureur y prélève les sommes dues chaque année directement.

À la mort de Lucie, Rosalie et Zachary toucheront le montant d’assurance et les placements qui auront fructifié.

Mais parmi les 3 types d’assurance vie, l’assurance vie temporaire répond mieux aux besoins de Rémi et de sa famille, et le montant de 336 $* à payer annuellement (prime) convient à son budget.

Lucie était en bonne santé au moment où l’assurance a été souscrite, et elle l’est toujours. Toutefois, puisque sa mère âgée de 65 ans a souffert d’un cancer du sein, Lucie a proposé d’ajouter une garantie additionnelle d’assurance maladies graves (avenant) à la police… mieux vaut prévenir! Conséquemment, Rémi (payeur) devra débourser une prime additionnelle chaque année.

Mais qu’à cela ne tienne! Cet investissement satisfait grandement le couple et Rémi ne s’inquiète plus pour l’avenir de ses enfants et sa santé financière est préservée.

*Prime pour une femme de 40 ans et non-fumeuse (prime offerte par SSQ en date de septembre 2017)

Définitions

Titulaire
Le propriétaire de la police d’assurance, aussi appelé « souscripteur ».

Montant d’assurance
La somme indiquée dans la police d’assurance que la compagnie d’assurance s’engage à payer au décès de la personne assurée. On l’appelle aussi « garantie » ou « protection ».

Assuré
La personne dont la vie est assurée dans la police d’assurance.

Contrat d’assurance ou police
L’accord conclu entre le titulaire et l’assureur qui énonce les modalités de la couverture d’assurance sur la vie de l’assuré.

Prestation
La somme versée par la compagnie d’assurance au décès de l’assuré.

Bénéficiaire
La personne désignée dans la police d’assurance pour toucher les sommes prévues au contrat au décès de l’assuré.

Prime
La somme à débourser pour souscrire une assurance, versée une fois par mois ou une fois l’an.

Avenant
Une modification ou un ajout à une police d’assurance qui augmente ou restreint la portée de la protection.

Payeur
La personne qui paie la prime d’assurance.

Assurance vie temporaire
Un type d’assurance vie dont la durée de la couverture est déterminée selon un nombre d’années ou jusqu’à un âge donné. Elle ne comporte pas de valeur de rachat.

Assurance vie permanente
Un type d’assurance vie qui couvre l’assuré jusqu’à la fin de sa vie. En général, elle comporte une valeur de rachat.

Assurance vie universelle
Un type d’assurance vie qui couvre l’assuré jusqu’à la fin de sa vie. Elle combine l’assurance vie et l’épargne à l’abri de l’impôt. En général, elle comporte une valeur de rachat.

Valeur de rachat
La somme d’argent qui s’accumule dans une police d’assurance vie permanente ou universelle, sur laquelle il est possible d’emprunter à même les valeurs de la police (si valeur il y a). Si le titulaire met fin au contrat, la compagnie d’assurance lui verse alors la valeur de rachat accumulée.

Note : Cet article vous est présenté à titre informatif seulement. En aucun cas, il ne doit être considéré comme un conseil financier ou une opinion juridique ou fiscale. Pour des conseils selon votre situation personnelle, parlez-en à votre conseiller. Jamais SSQ ne peut être tenu responsable d’une décision prise à la suite de la lecture de cet article.