Une année sabbatique? Oui, c’est possible!

Une année sabbatique? Oui, c’est possible!

On ne vit qu’une seule fois. C’est pourquoi il faut vivre pleinement ses rêves. On vous explique comment planifier votre année sabbatique sans vous ruiner.

À chacun ses raisons pour prendre un congé sabbatique :

  • Se ressourcer et prendre une longue pause du train-train quotidien
  • Réaliser un rêve ou un projet qui vous tient à cœur, comme faire de l’aide humanitaire dans un autre pays, ou visiter les pays d’Asie pendant 6 mois
  • Avoir un avant-goût de la retraite
  • Retourner aux études à temps plein

Peu importe ce qui vous motive à prendre du temps pour vous, vous devez le planifier et alors là, tout est possible!

Parlez-en à votre employeur

Vérifiez auprès de votre employeur s’il vous autorise à prendre un congé sabbatique.

Légalement parlant, il n’est pas obligé d’accepter votre proposition ni de vous redonner votre poste à votre retour de congé.

Dans ce cas, vous devez être prêt à élaborer un plan B et vous trouver un autre emploi après votre congé.

Les conséquences financières ne sont donc pas à prendre à la légère.

Si vous êtes un employé syndiqué, vérifiez dans votre convention collective quelles conditions entourent le congé sabbatique. Peut-être aurez-vous la chance d’avoir plus de souplesse qu’un employé non syndiqué.

Congé à traitement différé ou sans solde?

Le congé sabbatique à traitement différé consiste à amputer une partie de votre salaire pour continuer à être payé pendant votre congé.

Avec cette option, il faut donc prévoir à moyen ou à long terme et éviter les coups de tête.

Le congé à traitement différé comporte les avantages suivants :

  • Vous vous habituez à vivre avec un salaire moins élevé
  • Avec une baisse de salaire, votre taux d’imposition sera peut-être moins élevé

Si votre employeur n’offre pas le congé à traitement différé, vous devez alors financer votre congé avec vos épargnes. C’est ce que l’on appelle un congé sans solde.

Comment financer votre congé sabbatique?

Voici l’étape la plus importante de votre projet : le financement.

Vous ne voudriez pas vous surendetter. Vous devez donc avoir les moyens de vous priver de votre salaire pendant plusieurs mois.

Faites un plan d’épargne détaillé

Pour atteindre vos objectifs, vous devez faire un plan détaillé et tout mettre en place pour épargner.

Une bonne stratégie consiste à utiliser des prélèvements automatiques dans votre compte bancaire.

Utilisez le CELI pour investir vos économies, car les rendements sont à l’abri de l’impôt. Le moment venu, vous pourrez retirer votre CELI facilement sans payer d’impôt.

Toutefois, comme votre projet est à court terme, investissez dans des placements plus prudents.

Faites-en votre priorité

Cela signifie de dire adieu (pour le moment) à l’achat d’une 2e voiture, d’un chalet ou d’un voyage sous le soleil des tropiques pour oublier l’hiver.

Réévaluez le remboursement de vos dettes

Pour accélérer l’épargne pour votre projet sans mettre en péril votre situation financière, évaluez avec votre conseiller s’il est avantageux de rembourser moins rapidement votre hypothèque ou votre prêt auto.

Prévoyez un budget de dépenses

Calculez toutes vos dépenses pendant votre congé sabbatique et faites un budget que vous devrez respecter.

Ainsi, vous éviterez les mauvaises surprises et un réveil brutal.

Selon vos projets, il est possible que vos dépenses soient moindres que celles auxquelles vous êtes habitué.

Sabrez les dépenses

Si vous profitez de votre absence pour voyager pendant très longtemps, cherchez à amoindrir les coûts avec

  • la location de votre demeure
  • l’annulation de votre contrat de câblodistribution

Une sabbatique pour étudier?

Si vous comptez profiter de votre congé pour faire un retour aux études à temps plein, le régime d’encouragement à l’éducation permanente (REEP) est tout indiqué.

Le REEP fonctionne un peu comme le RAP. Vous retirez votre REER pour financer votre projet d’études et vous avez 10 ans pour rembourser votre REER.

Et vos assurances?

Quels que soient vos projets, appelez votre compagnie d’assurance pour vérifier si vos protections d’assurances auto et d’habitation, d’assurance vie ou d’assurance voyage vous couvrent pendant votre sabbatique.

Ne pas être protégé adéquatement pendant cette période pourrait vous coûter cher…

Et le plan de retraite?

Ne négligez pas votre épargne pour la retraite en vue de prendre un congé sabbatique.

Pourquoi? Parce que la perte des montants épargnés combinée à la perte des rendements composés peuvent créer un manque à gagner important après plusieurs années sans capitalisation.

Parlez à votre conseiller

Votre conseiller est la meilleure personne pour vous aider à ce que votre rêve devienne réalité.

Note : Cet article vous est présenté à titre informatif seulement. En aucun cas, il ne doit être considéré comme un conseil financier ou une opinion juridique ou fiscale. Pour des conseils selon votre situation personnelle, parlez-en à votre conseiller. Jamais SSQ ne peut être tenu responsable d’une décision prise à la suite de la lecture de cet article.