8 faits méconnus sur l’assurance vie

8 faits méconnus sur l’assurance vie

L’assurance vie est un produit qui s’adresse à tous, mais qui est aussi très complexe. Que vous en déteniez une ou non, voici 8 faits que vous devriez connaître à ce sujet.

1. Il y a plusieurs moyens d’économiser sur votre prime d’assurance vie.

  • Souscrivez votre assurance alors que vous êtes jeune et en santé. Plus vous attendez, plus vos risques de décès augmentent et plus la prime risque d’être élevée.

  • Ne fumez pas ou cessez de fumer. Dans certains cas, le fait de fumer peut faire plus que doubler la prime d’assurance vie. Si vous avez arrêté de fumer depuis au moins un an, informez-en votre assureur : votre prime pourrait considérablement s’alléger!

  • Considérez l’assurance vie temporaire. Puisqu’elle offre une protection limitée dans le temps, elle est souvent plus abordable que les assurances vie permanentes, qui durent toute la vie. De plus, le montant des primes d’assurance vie temporaire reste le même pour toute la durée du contrat et augmente seulement à son renouvellement.

  • Optez pour les paiements annuels : vous éviterez les frais administratifs qui accompagnent les paiements mensuels.

  • Évaluez la possibilité de rassembler vos contrats afin d’économiser sur les frais de police. Vérifiez s’il est possible d’ajouter votre partenaire de vie ou vos enfants à votre contrat d’assurance vie. Si vous possédez plusieurs assurances vie temporaires protégeant vos obligations financières (ex. : hypothèque, cartes et marges de crédit, prêts divers), rassembler ces protections sur un seul et même contrat pourrait vous faire économiser.

En savoir plus sur la prime d’assurance vie

2. L’assurance vie incluse dans votre assurance collective est différente d'une assurance vie individuelle.

Vous bénéficiez d’une assurance en cas de décès, incluse dans l’assurance collective de votre employeur? Gardez en tête que cette protection temporaire n’équivaut pas à une assurance vie individuelle :

  • Le montant d’assurance de l’assurance vie collective n’est pas établi en fonction de vos besoins. Règle générale, le montant payable au décès de l’employé assuré équivaut au double ou au triple de son salaire annuel. Comme ce montant ne tient pas compte de vos situations familiale et financière, il pourrait se révéler insuffisant et laisser vos proches au dépourvu.

  • Dans la plupart des cas, la couverture d’assurance vie collective prendra fin si vous changez d’emploi ou prenez votre retraite.

3. Votre assurance vie devrait évoluer en fonction de votre situation

Achat d’une maison, naissance d’un enfant, mariage, séparation, décès du conjoint : plusieurs événements de vie peuvent rendre préférable une révision de votre assurance vie.

Si vous avez récemment vécu l’un de ces événements, communiquez avec votre conseiller en sécurité financière pour vous assurer que vos protections sont toujours suffisantes et pour vérifier les options qui s’offrent à vous.

4. Il est important de connaître et de réévaluer périodiquement votre montant d’assurance vie.

Le montant d’assurance correspond à ce que l’assureur s’engage à payer au décès de la personne assurée. Il est important que ce montant soit suffisamment élevé pour éviter que vos proches se retrouvent dans une situation financière précaire après votre décès.

Pour être suffisant, ce montant doit permettre à vos proches :

  • de maintenir le même niveau de vie, malgré la perte de revenu causée par votre départ. Pensez aux dépenses quotidiennes, comme les frais de garde, les frais scolaires, l’épicerie, les vêtements, les frais médicaux, etc.

  • de couvrir les frais découlant de votre décès : frais funéraires, notaire, exécuteur testamentaire, impôts, etc.

  • d’éponger vos dettes, s’il y a lieu : hypothèque (surtout si vous n’avez pas d’assurance hypothécaire), prêts, marge de crédit, cartes de crédit, etc.

Votre conseiller en sécurité financière est la meilleure personne pour vous aider à déterminer le montant adéquat pour répondre à vos besoins.

5. Vous devriez savoir qui est bénéficiaire de votre assurance vie.

Le bénéficiaire est la personne qui recevra le montant d’assurance si vous décédez. Vous ne savez plus qui est bénéficiaire? Vérifiez votre contrat sans tarder pour vous assurer que le bénéficiaire qui y figure est vraiment la personne que vous souhaitez, et non un ancien conjoint ou un parent décédé.

En savoir plus sur les bénéficiaires

6. Au Québec, la loi permet de placer votre assurance vie à l’abri des créanciers.

Si vous avez des ennuis financiers et devez déclarer faillite, les lois en vigueur au Québec peuvent rendre votre contrat d’assurance vie insaisissable par vos créanciers. Pour avoir droit à cette protection, vous devez :

  • avoir désigné un bénéficiaire irrévocable

ou

  • avoir désigné comme bénéficiaire un membre admissible de votre famille, soit votre époux (par mariage ou union civile), vos enfants, petits-enfants, parents ou grands-parents.

7. Il est possible d’emprunter un montant d’argent sur certaines assurances vie.

L’assurance vie permanente et l’assurance vie universelle comportent habituellement une valeur de rachat. Il s’agit d’un montant que vous pourriez recevoir si vous résiliez votre contrat avant son échéance.

Mais il n’est pas nécessaire de résilier votre assurance pour profiter de la valeur de rachat. Vous pouvez aussi l’utiliser pour emprunter un montant sur votre police, avec intérêts. À moins de rembourser le prêt avant votre décès, le montant emprunté sera déduit du montant versé à votre décès.

8. L’assurance vie universelle permet d’épargner à l’abri de l’impôt.

L’assurance vie universelle marie assurance vie et épargne. Sa portion d’épargne permet de léguer un patrimoine libre d’impôt additionnel au moment du décès. 

Demandez l’aide de votre conseiller.
Son rôle est de vous informer et de vous guider afin que vous soyez adéquatement protégé, tout en respectant vos besoins et votre budget.

Note : Cet article vous est présenté à titre informatif seulement. En aucun cas, il ne doit être considéré comme un conseil financier ou une opinion juridique ou fiscale. Pour des conseils selon votre situation personnelle, parlez-en à votre conseiller. Jamais SSQ ne peut être tenu responsable d’une décision prise à la suite de la lecture de cet article.