Les symptômes du stress chez l’enfant

Les symptômes du stress chez l’enfant

Les enfants sont peut-être épargnés par la routine métro-boulot-dodo et les responsabilités d’adultes. Mais le stress peut les guetter, tout comme les adultes.

Voyez quels sont les signes qui vous mettront la puce à l’oreille et vous aideront à détecter si votre enfant en souffre.

Le stress… c’est quoi?

Le stress est un signal d’alarme pour le corps afin qu’il réagisse à un élément nouveau ou à une menace.

C’est un mécanisme de défense et de survie qui nous permet de nous mobiliser et de nous adapter à notre environnement.

Imaginez…

Vous venez d’éviter de justesse un accident de la route en freinant brusquement.

Votre cœur bat à tout rompre. Vos pupilles sont dilatées. Votre respiration s’accélère.

Toutes ces sensations corporelles constituent une réponse au stress pour fuir le danger et vous protéger. Elles ont été orchestrées par des hormones : le cortisol et les catécholamines.

Le stress fait partie de nos vies. On le côtoie au quotidien. Bien dosé, il contribue à l’apprentissage et à l’évolution chez l’enfant.

Le stress se révèle aussi bien relatif, car il dépend de la perception de chacun. Seule notre réaction est universelle : un sentiment de perte de contrôle face à une situation imprévue ou nouvelle.

Quand le stress devient toxique

Malheureusement, les effets du stress peuvent devenir négatifs… Parfois, notre réaction va au-delà de celles liées à un stress normal.

On dit alors qu’il est toxique. Mais comment savoir si votre enfant en souffre?

Des chercheurs catégorisent les réponses au stress en 3 échelles :

  • niveau de stress sain : il est léger à modéré et ne dure qu’un instant. Par exemple, votre enfant a un exposé oral. Il se sent soulagé lorsque c’est terminé.
  • niveau de stress tolérable : il est causé par un événement qui sort de l’ordinaire, comme le décès de votre chien. Malgré les difficultés, l’enfant reste en mesure de fonctionner grâce au soutien des adultes qui l’entourent.
  • niveau de stress toxique : sa durée est prolongée, les épisodes s'avèrent fréquents ou intenses. Aucun adulte ne peut atténuer les symptômes.

Quand le stress s’incruste de façon permanente dans le quotidien de l’enfant, il compromet son apprentissage et son bien-être.

Il peut causer des ravages chez sa santé physique et mentale, une fois adulte. En accaparant le système immunitaire, il entraîne une inflammation dans tout le corps. Cette inflammation représente un facteur de risque des maladies suivantes :

  • allergie
  • asthme
  • certains types de cancer et de diabète
  • maladies auto-immunes
  • maladies cardiovasculaires, etc.

Anxiété ou peur?

L’anxiété germe quand on anticipe une situation, qu’elle soit réelle ou non. Souvent, les phrases de la personne commencent avec « et si… ». Cette dernière élabore des scénarios catastrophes. Pas surprenant qu’on surnomme l’anxiété « la peur d’avoir peur ».

La personne aux prises avec l’anxiété craint souvent des événements qui ne sont pas arrivés. Cet état entraîne fréquemment de la détresse.

La peur, quant à elle, est le sentiment éprouvé quand l’enfant sort de sa zone de confort. Cette zone représente un terrain connu et rassurant.

Pour éviter la peur, l’enfant fait tout pour demeurer dans sa zone de confort. C’est le principe de l’évitement : plus l’enfant écarte la peur, plus sa zone de confort se rétrécit.

À l’inverse, plus il affronte ses peurs et plus sa zone de confort prend de l’expansion. C’est l’effet boule de neige. Il est alors ouvert à la nouveauté et s’adapte aux changements comme un poisson dans l’eau.

Pour bien aider votre enfant, vous devez distinguer les 3 concepts de stress, d’anxiété et de peur. Plus vous saisirez les nuances, plus vous pourrez poser les bonnes questions à votre enfant. Vous contribuerez à verbaliser les émotions qui l’assaillent.

Quels sont les symptômes du stress chez l’enfant?

Contrairement aux adultes, les enfants se montrent plus vulnérables au stress. Comme ils n’ont pas encore développé de mécanismes de défense ou d’adaptation au stress, ils dépendent de leur entourage pour trouver des solutions.

Les enfants ne sont pas à l’abri du stress. Ils ressentent les effets selon les événements, comme un déménagement, un examen ou un changement à leur routine.

Apprenez à détecter les signaux.

Des montagnes russes d’émotions

Les changements d’humeur ou un comportement brusque sont les premiers signes que vous risquez d’observer chez votre enfant avec un trop-plein de stress.

Portez attention à ces sentiments :

  • irritabilité
  • colère
  • tristesse
  • renfrognement
  • isolement

La manifestation du stress, ce sont aussi des lamentations ou des réactions émotives intenses et disproportionnées par rapport à des événements.

Chez les plus jeunes, le stress se manifeste par une anxiété de séparation. On observe cette peur lors de moments comme l’entrée à la garderie ou le retour en classe. En général, elle s’estompe au fil du temps. Toutefois, si l’anxiété de séparation se prolonge et que son intensité persiste, vous pouvez soupçonner que votre enfant a de la misère à s’adapter au stress.

Allô, maman bobo

Parfois quand les mots ne viennent pas, c’est le corps qui prend parole et qui témoigne du stress élevé. C’est surtout vrai avec les enfants en bas âge qui ne peuvent verbaliser aussi bien que les plus vieux les symptômes du stress.

On observe alors plusieurs malaises physiques :

  • maux de tête
  • maux de ventre, nausées et diarrhée
  • tremblements
  • cœur qui bat rapidement
  • eczéma, éruptions cutanées ou démangeaisons
  • crises d’asthme plus fréquentes
  • énurésie (pipi au lit la nuit)

Si vous vous dites que votre enfant est beaucoup plus malade qu’avant, c’est peut-être le signe qu’il réagit fortement au stress.

Un sommeil en dents de scie

Votre enfant n’arrive pas à fermer l’œil alors qu’avant il dormait sur ses 2 oreilles? Mia se réveille la nuit, parfois même en pleurant? Son sommeil est peuplé de cauchemars? Nathan a peur du noir et réclame une veilleuse pour chasser les fantômes (tandis que cette phase était réglée depuis longtemps)?

Le sommeil est l’une des sphères du quotidien les plus touchées par le stress. Si votre enfant est toujours fatigué et qu’il ressent souvent le besoin de dormir, c’est qu’il y a anguille sous roche.

Des problèmes de concentration

Le stress et la concentration font rarement bon ménage. En effet, la concentration est perturbée par les préoccupations de tout ordre.

Un manque de concentration ne se traduit pas seulement par des oublis, mais bien d’autres signes :

  • des devoirs non terminés
  • des mouvements perpétuels et de l’agitation
  • une lassitude rapide lors des activités
  • l’incapacité d’accomplir ses tâches
  • l’écoute absente

Ces problèmes de concentration peuvent nuire à l’apprentissage de votre enfant. Ils s’accompagnent d’échecs scolaires ou d’une baisse des notes du bulletin. Il faut y voir rapidement.

Le stress dans l’assiette

Ici, portez attention aux extrêmes. Le stress fait augmenter ou encore diminuer l’appétit chez l’enfant.

Vérifiez si son poids a varié en le comparant à celui obtenu lors de la dernière visite chez son médecin.

Si le poids a fluctué de 10 % ou s’il passe sous l’indice de masse corporel normal, la gestion d’un stress pourrait en être la cause. Consultez alors des professionnels de la santé pour en avoir le cœur net.

Prendre la voie de contournement

La notion de l’évitement est souvent liée au stress chez l’enfant. Vous aurez l’impression que ce dernier pellette en avant ses problèmes, au lieu de les affronter.

Quelques indices ne mentent pas :

  • refus d’aller à l’école ou à la garderie
  • procrastination ou en mode « dernière minute »
  • oubli de choses ou d’événements importants
  • désorganisation

Se fermer comme une huître

Autrefois en verve, votre enfant s’isole. Vous devez lui arracher les mots de la bouche.

Ce repli sur soi s'avère l’un des symptômes du stress.

Tentez de creuser un peu pour savoir ce qui se cache derrière sa façade. N’oubliez pas que les effets bienveillants des relations protègent les enfants contre le stress toxique.

Comment l’aider?

Plusieurs stratégies peuvent réduire le stress de votre enfant ou, à tout le moins, l’aider à mieux s’adapter aux situations stressantes.

Votre rôle de parent et votre soutien représentent la clé du succès. Entourez-vous d’adultes en qui votre enfant a confiance : professeurs, membres de la famille, professionnels de la santé, etc.

Quand consulter?

Les professionnels de la santé sont là pour vous épauler quand vous sentez que l’emprise du stress s’accroît sur votre enfant.

C’est le moment de consulter quand :

  • Les symptômes perdurent ou leur intensité augmente.
  • Votre enfant semble incapable de fonctionner normalement.
  • Le stress est devenu toxique.

Vous soupçonnez que votre enfant souffre d’épuisement, de dépression ou de troubles anxieux.

Note : Cet article, publié seulement à titre informatif, ne prétend pas remplacer les conseils de professionnels.