8 trucs pour mieux écouter vos employés

8 trucs pour mieux écouter vos employés

Pour motiver vos employés et favoriser la rétention du personnel, l’écoute active n’a pas son pareil. Voici 8 conseils pour être un pro en la matière.

La capacité de pratiquer l’écoute active est l’un des atouts d’un bon leader.

Cette technique, qu’on appelle aussi l’écoute bienveillante, favorise la qualité de la communication entre vous et votre personnel.

L’écoute active, c’est la différence entre entendre et écouter. Le premier fait appel uniquement au sens de l’ouïe, tandis que l’autre démontre une réelle volonté de votre part.

Voici 8 conseils pour maîtriser l’art de l’écoute active.

1. Éviter toute distraction

Quand votre attention flotte sans se fixer sur ce que dit votre interlocuteur, vous lui envoyez le message que ses propos sont sans importance.

2. Décoder le non-verbal

La communication, c’est bien plus qu’une enfilade de mots l’un à la suite de l’autre.

Vous devez passer maître dans l’art de déchiffrer les dessous derrière les expressions faciales, le ton de la voix et les postures expriment au-delà des mots.

En cas de contradiction, n’hésitez pas à demander des précisions pour être en mesure de bien comprendre votre employé.

3. Prendre une pause

Les discussions qui ressemblent à une partie de ping-pong ne sont jamais les plus enrichissantes.

Évitez de préparer votre réplique avant même que l’autre ait terminé sa phrase.

Apprivoisez les moments de silence (3 à 5 secondes sont suffisantes), mieux, encouragez-le pour favoriser la réflexion.

Ponctuer votre discussion de pauses a 3 avantages :

  • Le risque d’interrompre diminue, donc l’autre personne a le sentiment d’être respectée.
  • Vous faites sentir à l’autre que ce qu’il dit a de la valeur à vos yeux.
  • Votre écoute est amplifiée et vous pouvez saisir plus de nuances dans le discours.

4. Clarifier

N’accumulez pas les ambiguïtés.

S’il y a un élément du discours que vous ne comprenez pas, demandez des éclaircissements tout de suite.

Posez des questions. Reformulez jusqu’à ce que vous ayez l’impression d’avoir bien saisi ce que l’autre a à vous dire.

Vous évitez ainsi tout malentendu.

5. Maintenir un contact visuel

Vous devez regarder votre employé dans les yeux.

Certains spécialistes avancent même le chiffre que ce contact visuel doit être maintenu pendant 60 à 70 % de la conversation.

6. Favoriser les questions ouvertes

Une question dont la réponse est « oui » ou « non » a bien plus de chances de se terminer en cul-de-sac qu’une question ouverte.

En optant pour cette dernière, vous vous assurez de mieux contrôler la discussion et surtout de favoriser un climat propre à la confidence.

7. S’abstenir de tout jugement

Évitez de mettre une étiquette sur chaque employé et de les catégoriser.

Chaque employé est unique et ne mérite pas d’être casé dans une catégorie.

Gardez l’esprit ouvert et mettez de côté vos idées préconçues. Faites preuve d’empathie et de respect envers l’autre. Mettez-vous à sa place pour mieux comprendre sa réalité.

8. Utiliser la technique du reflet

Si vous sentez que la discussion se dirige vers un cul-de-sac, utilisez la technique du reflet qui consiste à nommer les sentiments que vous percevez chez l’autre.

Cela nécessite que vous vous concentriez sur ce que la personne dit ET la manière dont elle le dit.

Par exemple, si votre employé vous dit : « Je n’arriverai jamais à atteindre l’objectif que tu m’as fixé. », vous pourriez lui répondre : « Je comprends que les conditions de succès pour te permettre d’atteindre l’objectif ne sont pas rencontrées. Est-ce que cela te cause du stress ? »