Présentéisme au travail : Un mal silencieux?

Présentéisme au travail : Un mal silencieux?

Si l’absentéisme au travail peut constituer un problème, le présentéisme en représente un autre. À la fois pour votre employeur, mais aussi pour vous, qui mettez ainsi votre santé en danger.

L’absentéisme et le présentéisme s’avèrent deux phénomènes ayant en commun d’être très coûteux en perte de productivité et d’être souvent causés par le stress et le mal-être des personnes dans leur milieu de travail. Si l’on connaît bien le premier, le second mérite d’être défini.

Ainsi, le présentéisme consiste à travailler malgré la maladie ou en dépit de symptômes qui devraient plutôt mener vers le repos ou la mesure de soutien la plus appropriée. Voici quelques explications à ce sujet.

Types de présentéisme

Thérapeutique

Lorsque le travail devient un refuge pour vous, mais que vous y êtes improductif ou sous-performant. On peut le retrouver par exemple dans les situations de retour au travail progressif. Le présentéisme ne se traduit pas par un rendement supérieur. Bien au contraire, car les présentéistes accusent une baisse de productivité parfois supérieure à 30 % par rapport au travail qu’ils accomplissent normalement.

Dysfonctionnel

Ici, tant votre santé que votre performance sont mauvaises. Dans un tel scénario, une prise en main rapide de votre situation est nécessaire afin de vous faire diriger vers des mesures de soutien.

Excessif

Dans ce cas, vous performez au boulot au détriment de votre santé. Un tel surengagement au travail compense parfois des lacunes dans votre vie personnelle.

Signes avant-coureurs

Si vous vous consacrez trop à votre travail aux dépens de votre santé, vous en présenterez des signes sous la forme de changements physiques, cognitifs ou psychologiques. Sur ce plan, le manque de concentration représente le premier signe à apparaître et le dernier à revenir. Autres manifestations courantes : attitude négative, perte de sourire, isolement, mine fatiguée et passivité.

Si votre gestionnaire perçoit des signes -avant-coureurs ou une rupture dans votre comportement habituel, il est possible qu’il vous propose une rencontre afin de vous partager ses préoccupations. Un tel échange fait partie des bonnes pratiques et permettra de vous diriger vers le soutien approprié.

Selon diverses études, près de 60 % des gens qui présentent des symptômes liés au présentéisme ne chercheront pas d’aide, par crainte d’être stigmatisés. Ou encore parce qu’ils sous-estiment la gravité de leur situation. Il y a alors danger, car plus l’attente est longue, plus le risque d’épuisement professionnel croît.

Causes

Le présentéisme provient souvent d’une bonne intention. Par exemple, l’estime que vous avez pour votre employeur, la qualité de la relation avec vos collègues, la perception que la maladie dont vous souffrez est bénigne, etc.

Sans oublier les pressions professionnelles pouvant entraîner votre culpabilité de manquer un jour de travail. Autres facteurs : votre crainte d’être submergé par le travail au retour d'une congé, de subir des répercussions négatives de votre entourage au bureau, de ne pas vous sentir reconnu ou de ne pas vous faire remplacer.

Selon une enquête réalisée par la firme de recrutement Robert Half, 90 % des travailleurs se présentent toujours ou parfois au boulot même lorsqu’ils sont malades. Un sur deux (54 %) parce qu’il y a trop de travail à accomplir, 40 % pour ne pas gaspiller une journée de maladie, 34 % en raison de pressions de l’employeur et 25 % parce qu’ils voient leurs collègues agir ainsi.

Facteurs psychosociaux

Les facteurs psychosociaux jouent un rôle majeur dans le présentéisme. Pensons à un volume de travail élevé jumelé à un manque d’autonomie, à un faible soutien social ou à un manque de reconnaissance. Ces facteurs de risque peuvent fragiliser votre santé psychologique ou physique et ainsi conduire au présentéisme.

Le manque de communication de la direction, l’absence d’interaction sociale, l’isolement et l’environnement de travail inadapté constituent d’autres éléments en cause. Il est possible pour votre employeur d’identifier d’abord ces risques, puis de mettre en place des pratiques favorables à la santé dans l’organisation.

Types de travailleurs susceptibles d’être touchés

Les employés confrontés à un surplus ou à une intensification du travail sont à risque de présentéisme, notamment à cause d’une mobilisation accrue de leurs capacités intellectuelles, psychologiques et physiques.

Les travailleurs autonomes sont aussi vulnérables en raison de leur quantité de travail, mais aussi à cause de la pression mentale et financière de devoir assurer leur sécurité financière.

Coûts de la non-santé

Plus votre prise en charge est rapide avec les mesures de soutien appropriées, moins vous risquez que votre maladie perdure et se transforme en invalidité.

On estime par ailleurs qu’avec la pandémie et le stress causé par le confinement, huit personnes sur 10 ont fait du présentéisme dans la dernière année.

Sur 500 000 Canadiens ayant souffert de dépression, 40 % n’avaient pas manqué un seul jour de travail. Au Québec, la fréquence du présentéisme (9,9 jours/an) est supérieure à celle de l’absentéisme (7,1 jours/an). De plus, si ce dernier engendrait des coûts de 6,6 milliards $ pour les entreprises québécoises, ceux du présentéisme sont sans doute équivalents et même supérieurs. À titre comparatif, deux enquêtes conduites aux États-Unis, il y a une quinzaine d’années, les estimaient de 150 à 180 milliards $ par an.

Prévention

Votre gestionnaire peut vous soutenir en agissant en prévention en étant attentif aux signes avant-coureurs. Cette intervention se veut dans un cadre bienveillant où l’écoute et le soutien y sont de mise.

Parce que le présentéisme représente un enjeu réel, soyez attentifs aux signes avant-coureurs. Vérifiez auprès de votre service des ressources humaines s’il existe un programme d’aide aux employés ou de pairs aidants dans votre entreprise.