Souvent perçu comme une activité réservée aux plus téméraires, le vélo d’hiver fait de plus en plus d’adeptes. Le « nordicyclisme », comme on l’appelle, peut en effet être très agréable et sécuritaire, à condition de suivre ces quelques recommandations pratiques.

Pourquoi (diable) faire du vélo d’hiver?

Pour le plaisir avant tout! Le vélo d’hiver est le remède idéal contre la déprime saisonnière. En plus d’être bon pour la santé, c’est une alternative à la fois écologique et économique à la voiture.

La clé pour que votre expérience soit positive est d’y aller graduellement, en respectant vos limites personnelles. Votre première sortie sera plus plaisante sur une chaussée dégagée par une journée de congé ensoleillée qu’en pleine tempête de neige!

Choisir son vélo

Si vous souhaitez d’abord essayer le vélo d’hiver et que vous disposez d’un budget limité, optez pour un vélo usagé que vous n’aurez pas peur d’user prématurément.

Lorsque vous serez devenu un nordicycliste convaincu, vous pourrez investir dans un vélo avec cadre en aluminium, doté de pièces en acier inoxydable et de vitesses internes ou d’une vitesse unique.

À moins de rouler sur des pistes enneigées en permanence, il n’est pas utile d’acquérir un vélo de type fat bike en ville. Ses pneus énormes vous ralentiront.

L’entretien

Quelle que soit la monture que vous choisissez, il vous faudra l’entretenir pour prolonger sa durée de vie et assurer son bon fonctionnement.

Cet entretien consiste principalement à huiler et à graisser les parties exposées ou mobiles de votre vélo pour les protéger contre la rouille et la corrosion causée par le sel. Idéalement, vous le ferez une fois par mois – ou minimalement deux ou trois fois dans l’hiver.

Rangez votre vélo dans un abri extérieur sécuritaire et évitez de le rentrer à l’intérieur : la fonte de la neige et la condensation feront rouiller les pièces. Si vous devez le faire, n’oubliez pas de bien l’assécher à l’aide de chiffons et d’un séchoir à cheveux.

À la fin de l’hiver, nettoyez consciencieusement votre bicyclette et appliquez à nouveau de l’huile et de la graisse. Ainsi, il sera prêt pour la prochaine saison froide. À noter que certaines parties, comme la chaîne et le plateau de vitesses, peuvent exiger d’être remplacées.

Les pneus

Le choix des pneus relèvera beaucoup de vos préférences personnelles et pourra évoluer au fil de l’hiver. Les pneus à crampons sont plus efficaces en conditions de neige, tandis que les pneus à clous s’avèrent très utiles sur la glace. Certains opteront même pour un pneu à clous à l’avant et un pneu à crampons à l’arrière.

Soyez visible!

Qui dit hiver, dit journées plus courtes. Ne vous laissez pas surprendre par la noirceur : assurez-vous d’être vu par les automobilistes. Installez des phares DEL à l’avant et à l’arrière de votre vélo et portez un dossard phosphorescent ou des bandes réfléchissantes par-dessus vos vêtements. Attention, des phares trop puissants pourraient aveugler les automobilistes.

L’ensemble du parfait cycliste, version hivernale

Pensez à vous habiller chaudement, mais pas trop. Optez pour les « pelures d’oignon »: une couche mince, un survêtement en laine polaire et une coquille de duvet ou un manteau coupe-vent respirant pourraient constituer une bonne base. Le même principe s’applique au bas du corps. Idéalement, vous devriez avoir un peu froid en quittant la maison : vous vous réchaufferez rapidement à l’effort.

Protégez vos extrémités. Des mitaines chaudes sont de mise, avec des gants plus minces en prévision du déverrouillage du cadenas ou d’autres manœuvres nécessitant vos doigts. Pour le visage, un cache-cou ou une cagoule et des lunettes de ski vous permettront de faire face au vent frisquet. Traînez quelques chauffe-mains dans votre sac à dos au cas où il ferait plus froid que prévu.

Ajoutez à cela une tuque et un casque. Les casques de vélo d’hiver couvrent aussi les oreilles et résistent mieux aux chutes éventuelles que les casques de planche à neige.

Vos bottes d’hiver habituelles feront très bien l’affaire si elles ne sont pas trop massives, assorties de chaussettes chaudes et de guêtres au besoin.

Ajustez votre conduite

En vélo comme en voiture, les routes enneigées et glacées exigent de ralentir et d’augmenter la distance de freinage. Abaissez votre siège pour pouvoir mettre plus rapidement un pied au sol et dégonflez légèrement vos pneus pour plus d’adhérence. Lorsque cela est possible, utilisez l’accotement ou la rue. Si les conditions sont mauvaises ou que la circulation est très dense, descendez de votre vélo et utilisez le trottoir.

Surtout, ne mettez pas votre sécurité en jeu! Si la météo est trop hostile et que les routes sont pénibles pour les automobilistes, utilisez un autre moyen de transport. Vous remonterez à bicyclette une fois les rues déneigées.

Testez votre itinéraire entre la maison et le bureau pendant une journée de congé. Les pistes cyclables étant souvent fermées dès l’arrivée de la neige, il se peut que vous deviez modifier votre parcours habituel.

Informez-vous!

Des organismes communautaires offrent des formations très complètes (et rassurantes) sur le vélo d’hiver et sur l’entretien de votre monture. Il existe aussi des centres d’entretien libre-service où vous pourrez bénéficier d’un espace, d’outils et de conseils de pros à prix modique.

Maintenant, à vous l’hiver!