Une séparation est déjà un chamboulement en soi… Qu’en est-il quand des enfants sont  impliqués et que vous devenez du jour au lendemain un parent en solo? Voici nos 5 conseils pour vous aider.

1. La clé : l’organisation

La routine a souvent des connotations négatives avec son manque de spontanéité. Toutefois, avouons qu’elle est nécessaire pour un parent en solo.

Pour éviter les imprévus, le chaos et le stress, fixez un horaire familial où les éléments suivants sont indiqués :

  • Rendez-vous importants
  • Cours
  • Fêtes
  • Courses à faire

Une application comme Wunderlist peut aussi vous aider à organiser vos listes et vos courses et même à mettre des rappels.

L’objectif est d’installer une routine (surtout la semaine) et une stabilité dont les enfants ont tant besoin.

Cet exercice nécessite de mettre de côté le superflu, le « non nécessaire » et de responsabiliser vos enfants dans certaines tâches familiales.

 

Et si votre calendrier est rempli de tâches et d’événements, c’est qu’il est peut-être temps d’apprendre à dire non et à libérer des plages où rien n’est à l’horaire.  

2. De l’ordre dans vos finances

Vivre avec un seul salaire n’est pas une mince tâche! Nombreuses sont les dépenses que vous devez payer seul :

  • Logement
  • Électricité
  • Assurances
  • Voiture
  • Téléphone, Internet et forfaits télé
  • Dépenses pour les  enfants
  • Frais bancaires

Pour avoir les idées claires sur vos revenus et vos dépenses, il est impératif de faire un budget et de demander l’aide de votre conseiller.  

Résistez à la tentation d’opter pour du crédit pour maintenir le niveau de vie que vous aviez auparavant. Des choix difficiles peuvent alors s’imposer d’eux-mêmes et provoquer un remue-ménage de votre vie et certains sacrifices.

Comme votre situation matrimoniale a changé, il est possible que vous ayez droit à une aide financière supplémentaire (tant du côté du gouvernement fédéral que provincial), à commencer par l’allocation canadienne pour enfants.

3. L’art de savoir bien s’entourer

Vivre seul avec ses enfants ne doit pas être synonyme d’isolement. Au contraire, le réseau social et familial vous aidera à briser la solitude et à vous sortir de temps en temps du tourbillon de la routine.

N’hésitez pas à demander de l’aide quand vous en ressentez le besoin. Ce n’est pas un signe de faiblesse, mais un indice que vous êtes un être humain avec des limites à respecter.

Non seulement vos proches sont là pour vous épauler et vous écouter sans jugement, mais il existe aussi plusieurs organisations qui peuvent vous permettre de vous entourer de parents qui vivent la même réalité que vous :

  • Réseaux d’entraide
  • Maisons de la famille
  • Associations de familles monoparentales
  • Etc.

Si l’autre parent n’est pas du tout dans le quotidien des enfants, ne négligez pas l’importance d’un modèle parental positif pour leur développement.

4. Du temps pour soi

Le réflexe d’un parent est souvent de faire passer sa progéniture en premier au détriment de ses besoins.

Dans un contexte de monoparentalité, il faut ajouter une longue liste de tâches que l’on ne peut plus partager avec l’autre.

Le temps est donc compté pour des activités où vous lâchez prise complètement et dont vous êtes le principal centre d’intérêt.

Ne faites pas l’erreur de négliger ces moments de détente où vous pouvez recharger vos batteries. Mettez-les à l’agenda comme n’importe quel autre événement. Ils sont tout aussi vitaux qu’un rendez-vous chez le dentiste ou une rencontre parent-professeur!

Pour le reste, voir le conseil numéro 3 pour savoir qui sera auprès de vos enfants pendant VOS moments.

5. La culpabilité à la poubelle!

Il est normal d’être rongé par la culpabilité quand on remue la vie familiale après une séparation.

Pendant cette période, votre hamster intérieur sera plus actif et vous poserez des questions à savoir si vos enfants auront des séquelles de cette séparation.

Arrêtez de le regarder tourner en boucle. La culpabilité est inutile et vous fait ruminer des idées noires.

Vous ne pouvez rien changer au passé qui vous a amené à votre nouvelle réalité, mais vous pouvez certainement modifier votre état d’esprit actuel pour que le ici et maintenant se déroule de la manière la plus positive possible.

Rappelez-vous que même en couple, vous n’étiez pas un parent parfait.

La pile de vêtements à plier s’accumule?

Rappelez-vous qu’il n’y a que 24 heures dans une journée et que la recette du clonage reste à inventer.

Il ne sert à rien d’ajouter le poids de la culpabilité sur vos épaules.

Vous faites déjà votre possible et il est préférable de vous concentrer sur l’essentiel : le bien-être de vos enfants.